Le directeur :  Joël LaBruyère

Joël LaBruyère
Joël LaBruyère est auteur-compositeur et écrivain.
Fils d’un auto-entrepreneur de sensibilité royaliste, il s’est toujours positionné comme allergique à l’ordre mondial et à la civilisation matérialiste.
Il a étudié pendant plus de vingt ans l’étymologie hébraïque, ce qui lui a donné un point de vue critique sur les religions et les cultures issues du monothéisme.
Il se reconnaît dans le véritable christianisme, qui prône la quête de la Libération pour un retour au « Royaume qui n’est pas de ce monde ».

Il a fondé, en 1996, l’association L’Omnium des libertés pour s’opposer à la chasse aux sorcières qui sévit en France contre tout ce qui n’est pas conventionnel aux plans politique, religieux et thérapeutique.
Dans ce cadre, il a écrit en 2000, L’État Inquisiteur puis, en 2001, La Sectophobie, ouvrages illustrant les abus du gouvernement français et des ligues antisectes contre les minorités spirituelles.
Il en a hérité du titre de « défenseur des sectes » et plus récemment de « gourou », qualification jugée honteuse décernée par les imbéciles bien-pensants.
Joël LaBruyère a touché à des sujets sans doute trop sensibles comme l’élimination des membres de l’Ordre du Temple Solaire, crime d’État maquillé en suicide collectif. D’où sa sulfureuse renommée sur l’internet et dans la merdiocratie française. Il s’en amuse : « Tout le monde médit de moi, sauf les muets, ça va de soi ! »

Il mène depuis des dizaines d’années un travail d’investigation et d’information sur les aspects occultes de la politique mondiale. Son angle d’attaque principal a été la mise en lumière des liens entre les loges anglo-saxonnes, le Vatican et la loge des « maîtres orientaux » à l’origine du mouvement nouvel-âge.
Il a également montré la connivence entre l’ordre des jésuites, le lobby sioniste et les familles possédantes dans un projet de gouvernement international qui sera accompagné d’une religion matérialiste, vulgarisée par Teilhard de Chardin, et où l’islam sert de fer de lance. Il alerte sur la venue imminente du « Faux Prophète » annoncé par les Écritures, personnage charismatique qui établira la paix par le chaos.
À travers des revues, des conférences et un livre, Kali Yuga, lumière sur la civilisation de l’Âge Noir, il a exposé le résultat de quarante années de recherches politiques et ésotériques.
En 2004, il décide de passer à la mise en pratique de la communauté du futur. Un groupe s’est réuni autour de ce projet qui a entraîné des attaques violentes pour l’empêcher de voir le jour comme, par exemple, des diffamations médiatiques extravagantes qu’aucune plainte légale ne vient justifier.
Conscient que l’information ne suffit pas, il est le créateur du concept de « Nation Libre », de communautés fraternelles capables de générer une culture alternative pouvant faire face au rouleau compresseur de la mondialisation.
Depuis dix ans, une communauté de vie, qu’on appelle un « clan », s’est formée autour de Joël LaBruyère dans une perspective de riposte à la normalisation mentale et sociale.

Aujourd’hui, il s’exprime avec truculence et une verve décapante par la composition des chansons provocatrices du groupe Les Brigandes.
Il agit également en tant que directeur artistique, et intervient parfois comme chanteur leader, contraint et forcé de rompre l’anonymat pour exprimer ses idées.
La controverse fait rage à son encontre alors qu’il demeure inconnu d’une opinion manipulée comme jamais auparavant dans notre histoire. (Les médias audio-visuels ont proscrit la diffusion des chansons des Brigandes sur les ondes.)
Le « système » croyait l’avoir déconsidéré auprès du public en l’épinglant comme trublion d’extrême-droite mais comme cela tombe dans le vide, il est actuellement diffamé en tant que « gourou » et « anarchiste de droite ». En attendant d’autres qualificatifs et de nouvelles accusations creuses…
Gourou ou anarchiste révolutionnaire ? À chacun de choisir, à condition d’y comprendre quelque chose.
Il faut savoir que « gourou » est un mot sanskrit qui signifie « celui qui indique une direction ». En France, le téléspectateur au cerveau lavé croit qu’un gourou est un bandit qui pille, viole et torture, mais qui, curieusement, sans doute grâce à ses pouvoirs magiques, vit en toute liberté.
Qu’attend donc la Justice pour mettre fin aux activités parfaitement légales de Joël LaBruyère qui survit avec sa modeste retraite au milieu d’artistes aussi fauchés que lui ?